article républicain lorrain 21 mai 2013

Sports challenge vincent-piazza à crusnes Les sportifs ont déjoué le mauvais temps

Ce challenge doit son nom à un petit garçon, Vincent Piazza, décédé d’une leucémie en 2007. Après deux jours de fête, les organisateurs font un bilan de leur action.12-equipes-de-u11-etaient-engagees-dans-ce-challenge-c-est-homecourt-qui-remporte-le-trophee-suivi-d-une-equipe-luxembourgeoise-kaergen-audun-le-tiche-se-classe-3-e-et-rehon-4-e-ph

12 équipes de U11 étaient engagées dans ce challenge. C’est Homécourt qui remporte le trophée, suivi d’une équipe luxembourgeoise, Kaergen. Audun-le-Tiche se classe 3 e et Rehon, 4 e. Photos RL

Il aurait eu 18 ans en juillet prochain mais voilà, la vie et surtout la maladie en ont décidé autrement. Depuis 5 ans, l’association Vincent Piazza se mobilise contre le cancer à travers un challenge placé sous le signe du football et de la musique. En mémoire de Vincent. « C’était un petit garçon plein de malice, plein d’espoir, fort et courageux, passionné par le métier de son papa qui est bûcheron , raconte un proche de la famille. Il s’est battu 17 mois avant que la maladie ne prenne le dessus. Mais Vincent est toujours là, présent au quotidien pour sa famille qui depuis se bat afin que d’autres enfants, d’autres parents ne vivent pas cet enfer, ce cauchemar. »

L’association Vincent Piazza a ainsi vu le jour et se démène depuis 5 ans maintenant afin de récolter des fonds. Si au début, les membres avaient décidé d’aider la Maison des Parents, son objectif est depuis quelques années orienté vers la recherche : « La première année avait permis de récolter 16 500 €. Cette somme avait contribué à participer au financement de l’agrandissement de la Maison des Parents, mais voilà Il faut bien commencer par quelque chose, combattre le mal à la racine et pour qu’il n’y est plus de Maison des Parents, aider la recherche », souligne Pascale, la maman de Vincent et Cédric.

Comme l’avait fait très justement remarquer le professeur Chastagner : « Heureusement que ces associations existent car, sans elles, on ne pourrait pas poursuivre nos recherches. »

« Et bien moi , intervient Cédric, le frère de Vincent, j’aurais aimé que l’association ne voit pas jamais le jour, que mon frère soit présent, à nos côtés, c’est une histoire qui n’aurait jamais du être écrite et poursuit Cédric je trouve honteux que ce soit de petites associations qui se démènent pour trouver de l’argent pour une chose qui devrait être la priorité avec un grand P : à savoir la Santé. »

Malgré la pluie incessante et le froid, les 80 bénévoles ont deux jours durant travaillé d’arrache-pied afin que cette édition 2013 soit un succès. Ce qui a été le cas.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×